Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:43
Sujet :
Pourquoi et comment l’enseignement de l’EPS prend t il en compte l’hétérogénéité et la mixité des
classes de collège et de lycée pour élaborer son enseignement ?
1. Définition des mots
2. Mise en relation
3. Questionnement
4. Problématique
1. Hétérogénéité / Mixité
 
Hétérogénéité
.Hétérogène : formé d’éléments de nature différente, disparate.
.Identifier l’hétérogénéité d’un groupe c’est prendre en compte les différences internes au groupe (âge, sexe, niveau…). Hétérogénéité = ensemble complexe.
 .Eléments variés n’appartenant pas nécessairement à un même domaine.
.Implique des actions différenciées de la part de l’enseignant.
Mixité
.Une forme d’hétérogénéité : caractère mixte d’une groupe
.Qui comprend des personnes des deux sexes.
1. Mise en relation
 
Comment ces relations peuvent-elles être envisagées ?
.comme des écarts (différences + ou – importantes, hiérarchie) Ecart : éducation parallèle. Les filles d’un coté et les garçons de l’autre
 .Comme des points communs, souci d’égalité entre les sexes : faire comme Pts communs : les filles font comme les garçons
.comme une complémentarité : apport réciproque
Complémentarité : la mixité est envisagée comme un moyen de s’enrichir des différences de l’autre, on ve vers
une CO-EDUCATION.
Ceci va déterminer la manière dont l’enseignant prendra en compte la mixité.
1. Questionnement
Pourquoi ?
.Justification, explication.
.Aller chercher des connaissance dans différents registres : Scientifique – Didactique – Institutionnels
.Aide pour appuyer, pour mieux comprendre le comment.
Comment ?
.Quelles démarches ? 
 .Quelles procédures ?
.Projet pédagogique
.Programmation des APSA
.Programmation du cycle
.Programmation des séances
.Programmation des situations
.Bilans
Collège / Lycée
.Ensemble de la scolarité : de 11 à 18 ans. C’est la période de l’identification et de l’affirmation sexuelle
.Référence aux programmes et à la loi d’Orientation de 89. (Référence obligatoire)
L’école vise . La formation du futur citoyen
. Développement de la personne
. Objectif Santé
.Implique une réflexion sur la place des activités physiques dans la vie des adultes Prend t il en compte… dans son enseignement
 .Conception – Mise en oeuvre – Bilan
.Mixité : une donnée parmi d’autres. A replacer dans un ensemble plus large.
Questionnement et orientation du traitement
 
Le sujet nous conduit à nous interroger sur :
.Pourquoi l’enseignant s’interroge-t-il sur la question de la mixité
.Est ce une contrainte ? Un appui ?
.Est elle un frein à l’apprentissage ou au contraire peut elle servir de tremplin ?
.Ne serait ce pas dans la manière de gérer la mixité que se pose le sujet ?
.En fonction de la gestion qu’en fait l’enseignant, la mixité réelle se trouve être bénéfique.
1. Problématique
 
La question du comment se pose alors ! En séparant, en mettant ensemble sans aménagement ?
La réponse au comment trouve un écho dans la mise en place d’une
 
PEDAGOGIE DIFFERENCIEE ou une
DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE
Adaptation de son enseignement : en fonction des besoins, des attentes du public scolaire.
 
Pédagogie traditionnelle : " je ne veux qu’une tête ", insuffisant actuellement.
Pédagogie actuelle : tenir compte des différences pour permettre à tous d’entrer dans un processus d’évolution.
L’hétérogénéité
De multiples classifications. Il y a une pluralité de lecture des différences.
1ère classification  
(Durand, " l’enfant et le sport ", 1986)
Elle porte sur :
.Les attitudes  : comportements / à autrui, / au prof d’EPS, / à la règle, à l’institution, au matériel, / à soi.
.Le développement  : organique, moteur, psychologique.
.L’apprentissage  : niveau d’habileté, vitesse d’acquisition. 
 
 
2ème classification
(André, 1988)
1.Les ethnies  : mélange des cultures 
 2.Le milieu socioculturel  dont le rôle de la réussite est déterminant
3.L’âge :  âge bio / âge civil
4.Le sexe, la mixité
5.Le niveau scolaire
6.Le niveau cognitif
.niveau de développement  : pensée concrète / pensée formel (Piaget)
On a différents niveaux de compréhension : reproduction, compréhension étroite et compréhension transférable
.En EPS il faut un nombre limité de consigne et une simplicité de vocabulaire.
.les profils pédagogiques
 
Nous apprenons selon de véritables habitudes mentales qui fonctionnent à partir d’image mentale. Il n’y a pas de
pensée sans images mentales qui constituent la matière de la compréhension et de la mémorisation. Ces images
évocatrices peuvent être :
Visuelles
Auditives
(ce qui détermine pour l’enseignant une présentation de la situation, une démonstration)
Kinesthésique (où l’individu à besoin d’agir corporellement pour comprendre
.En EPS il faut partir de la situation globale pour extraire les éléments à travailler.
.Le niveau affectif :  émotions, sentiments, sensibilité
Les besoins et les intérêts des élèves dans une classe sont très diversifiés. Ils sont le plus souvent liés au milieu
d’origine et à l’histoire antérieure de la personne depuis sa plus jeunes enfance.
" En milieu populaire l’important c’est l’utile, le non gratuit " (Legrand)
.En EPS ce secteur affectif a une importance capitale sur les attitudes psychologiques positives et 
 
négatives à l’égard des savoirs et savoir-faire, les rapports que l’élève va entretenir avec son corps, luimême,
les autres, avec les matières d’enseignement
1. Le niveau moteur / Les niveaux d’habileté
2. Les differences morphologique et d’aptitudes biologiques
3. Le rapport au corps
 
Le corps considéré comme un objet de rendement, de plaisir ou un moyen d’expression.
L’enseignant doit prendre en compte cet inventaire en choisissant des points d’appui et des voies de différenciation pour entrer dans une activité (entrer de 2 manières en gym, par l’esthétisme, ou l’acrobatie)
II La mixité en EPS
2. Comprendre les relationS garcon-fille par rapport à la pratique physique
a. Le système éducatif
Lieu de confrontation entre le sujet et la culture
L’école proposant d’autres représentations, d’autres savoirs, d’autres activités, doit aider l’élève à
s’émanciper des modèles de son entourage.
Etant non- volontaire, la motivation n’est pas tjrs en accord.
Sa vocation émancipatrice est elle réelle ?
L’école n’a t elle pas tendance à reproduire l’état des modèles sociaux ? (hiérarchie, inégalité)
On constate qu’a la fin de la scolarité une minorité de fille réinvestissent une APS. Or le rôle de l’école
est :
. d’établir une culture commune
. une prise en compte des différences, défendre la mixité
. se dégager de sa culture d’origine
En EPS les pratiques ont une origine masculine. Il faut conduire les filles vers une pratique masculine.
Ca nécessite une adaptation. Cependant l’EPS à évolué depuis ces dernières décennies, puisqu’on passe
des APS aux APSA (prise en compte des pratiques féminines).
 
b. Les pratiques des garçons et des filles
Les pratiques volontaires hors de l’école
Enquête: les garçons ont plus de pratiques sportives, à une intensité plus élevée :
Au collège : 66% ont une AP ( 55% F – 77% G )
Au lycée : 55% ( 45% F – 71% G )
Le sport scolaire
A l’ados, désengagement sensible, surtout les filles.
ASS : 42% fille
Les APS et les motivations des élèves
+: les APPN sont majoritaires chez les 2 sexes
-: F : Rugby, lutte, boxe : logique de combat… synonyme de violence.
G : Expression corporelle, danse, gymnastique : connotation féminine, coté esthétique important.
Rejet massifs des activités traditionnelle comme l’athlé ou la gym car forte connotation technique et les
résultats liés à l’apprentissage se font parfois attendre.
Les résultats en EPS
Résultats au bas des filles < résultats G (athlé et sport-co)
c. Les autres facteurs qui tempèrent ou accentuent les propos sur la mixité
Le milieu sociale
La redistribution selon le sexe s’accentue fortement à la puberté et dans les milieux populaires. Les enfants des
milieux populaires restent plus attachés aux sports collectifs (FB, HB)
L’âge
Des motivations et des représentations qui diffèrent
Des possibilités physiques qui évoluent.
A 13-14 ans, les perfs des filles diminuent. Beaucoup décident de stopper l’activité physique.
Conclusion : les écarts entre filles et garçons augmentent avec l’âge. A l’adolescence, c’est la période critique.
2. Les pratiques scolaires
Toutes les APS ne mobilisent pas les mêmes subjectivités de telle ou telle personne. C’est au niveau du registre
du symbolique que peut se comprendre les différences d’identités. C’est au coeur de chaque APS qu’il faut
trouver ce qui permet ou ce qui empêche l’identification.
Les opinions des élèves
Les sports-co
En EPS les sport-co buttent souvent sur la mixité et plus le contact corporel est présent et plus ça se vérifie.
HB, BB, FB et Rugby ; l’affrontement version " hard ".
C’est un espace interpénétré, avec affrontement direct.
Rugby et FB : lieu intense de sociabilité masculine.
HB : Intensité énergétique des déplacements, contacts, dureté des impacts de balle. Eléments inhabituels pour les filles.
BB : contacts moins rudes, ballon plus gros qui fait moins mal. La représentation du tir vers le haut est plus
esthétique et nécessite plus d’adresse. La symbolique virile est moins marquée qu’au HB. Le BB est plus féminin et plus distancé.
Un sport-co à l’honneur : le VB ; l’affrontement version " soft ".
C’est le sport-co le plus apprécié par les filles. Il est en accord avec leurs représentations, cad jouer avec ,
échanger, et le rapport à la règle et à la violence est plus aisé.
Mais est ce suffisant ? Ce comportement est il à entretenir ou à dépasser ? Si l’objectif de transmission est la nécessité d’une culture commune, il faut aller plus loin.
Des exceptions : les footballeuses, les rugby-women : catégorie de filles attirées par l’affrontement. Elles développent cependant un autre type de jeu plus aéré, plus collectif.
.L’accès à la culture serait peut-être d’amener les filles à vivre des oppositions et d’amener les garçons à réguler l’affrontement, à être plus modéré et plus tempéré.
Avec le public scolaire, la mise en rapport de l’identité des personnes avec le contenu culturel et symbolique spécifique à l’activité, serait une condition didactique préalable à d’autres acquisitions. Dans la mesure ou elle
détermine l’envie ou non de s’engager.
La féminisation des pratiques gymniques
Double mouvement : investissement des filles + prise de distance des garçons.
Pour les filles, être sportive, c’est être belle. D’ou le développement des pratiques de la forme. Elles
correspondent d’avantage aux représentations. La gym est centrée autour de l’objectif beauté, santé et hygiène. Il
y a une relation au corps.
Goirand parle de deux traditions gymniques. Faut envisager à l’école une conception plus ouvertes de cette
pratique, des entrées diversifiées.
La nation une apparente neutralité
Une des rares activités ou les garçons et les filles sont aussi à l’aise. La mixité semble facilité cependant faut
relativiser avec le regard des autres et c’est la période des transformations.
Or savoir nager est un savoir commun, il appartient aux savoirs fondamentaux.
Elle intègre des éléments proches des représentations des garçons et des filles avec la notion de profondeur donc
de prise de risque pour les garçons et celle de fluidité donc d’esthétisme pour les filles.
La danse et les activités artistiques
Svt rejet " par les garçons et désiré par les filles Il y a dans APSA la danse et les activité du cirque, ect.. pour
dépasser la connotation féminine.
Conclusion :
Certaines activités sont plutôt masculines, d’autres féminines. Cloisonner ces activités va à
l’encontre de la mixité intégrée. Ainsi le cloisonnement empêcherait certains garçons ou certaines filles de s’épanouir dans la pratique physique.
III La pédagogie différenciée
" Pédagogie différenciée et hétérogénéité des attitudes en EPS " (JA MEARD)
La pédagogie différenciée : expression proposé par Legrand en 1970 et officiellement adopté en 1979. Grand
succès chez les enseignants surtout en EPS.
Elle apparaît comme une solution aux difficultés rencontrées dans la pratique quotidienne et un remède à l’échec
scolaire
" il n’y a de véritable pédagogie que différenciée " (André, Dossier EPS n°7, 1988)
Les procédures des différenciations en EPS
Un niveau plancher
Un niveau intermédiaire
Un niveau souhaitable
IV Les textes officiels
1. La loi de l’Orientation 1992
Le droit à l’éducation est garanti à chacun
Favoriser l’égalité des hommes et des femmes
Les élèves élaborent leur projet d’orientation scolaire,… en fonction de leur aspiration et de leur capacité avec l’aide des parents, des enseignants…
Réduire les inégalités
2. Programme niveau 1
Les APSA permettent à tous les élèves de s’éprouver physiquement et de mieux se connaître.
Les contenus sont établis en fonction du vécu antérieur et des besoins des l’élèves.
Intervention particulières : renforcement de telle ou telle dimension.
Gestion hétérogénéité
1. Programme niveau 2
Classe sensible : " turbulence " de l’adolescence : nouveaux possible / différences imprévues
.accentue l’hétérogénéité
.ces différences ne doivent ne pas devenir des sources d’inégalités
La mixité doit être encouragée.
1. Programme niveau 3
Les notions d’hétérogénéité et de mixité ne sont pas exprimées explicitement.
.Différenciation des contenus / Volume horaire de pratique antérieure
.Certaine APSA évoquent la possibilité d’adapter les règles, les contenus en fonction du niveau des
élèves.
1. Programme lycée
Répondre à la diversité des élèves
" Les enseignements proposés en lycée permettent de définir les contours d’une culture commune et de répondre
à la diversité de la demande des élèves. 3 types d’enseignement sont proposés. (finalités et objectifs)
MOURADSPORT.OVER-BOLG.COM
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by mouradsport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mouradsport
  • Le blog de mouradsport
  • : AGE DE 31 ANS ET PASSIONNE DE SPORT(J'AI MOI MEME PRATIQUE LE FOOT-BALL,LE HAND-BALL,LE BASKET-ball),je suis un professeur d'EPS, J'AI DECIDE D'OUVRIR CET ESPACE DE VIE POUR FAIRE PARTAGER MES CHOIX ET MES IDEES AVEC TOUS LES SPORTIFS ,ENTRAINEURS ET LES EDUCATEURS. MERCI D'AVANCE POUR VOTRE VISITE,EN ESPERANT QUE CET ESPACE DEVIENNE UN DE VOS LIEUX PREVILEGIES.
  • Contact

Recherche

Liens